Nous joindre

Téléphone : 0652318119

G.I GURDJIEFF
G.I  GURDJIEFF

Les mouvements et chorégraphies de Gurdjieff

Les Mouvements et Choregraphies de Gurdjieff ont plusieurs fonctions :

1°       d’abord une fonction évidente d’exercice physique et une prise de conscience du rôle du corps et du fait que nous en sommes en partie prisonniers.

La pratique régulière des mouvements nous fait sentir la vertu de l’effort et nous amène à une relation spécifique avec notre propre corps.

2°        harmoniser nos centres et nos pensées.

Lors de l’exécution, tous nos centres sont sollicités ;  exécutés avec toute la précision requise et par un état de présence à soi même, de présence consciente, l’état intérieur de l’exécutant se transforme  et une relation nait entre nos pensées, nos sentiments, nos émotions, nos sensations et notre corps.

Si la tête et le corps sont reliés alors il apparaitra une énergie supérieure qui amènera l’exécutant à un niveau supérieur de conscience et le mettra en relation avec une autre source ; il est extraordinaire de constater que le centre intellectuel se déconnecte (par des exercices de comptage par exemple de plus en plus difficiles), laissant le corps exécuter les mouvements.

Chaque mouvement, chaque posture, sont précis et correspondent à un état intérieur dont nous pouvons prendre conscience par une observation plus précise de nous même.

 Les difficultés que le participant éprouve pour - exécuter tel mouvement, garder ou enchaîner telle posture, suivre le tempo de la musique, rester dans l’ensemble du groupe et de la chorégraphie, connaître des moments de doute, de solitude face à son incapacité (cela est aussi de la souffrance volontaire), et pourtant continuer – lui font prendre conscience du mauvais fonctionnement de certains de ses centres et de leur mauvaise coordination.

Cela est un apport essentiel : prendre conscience de notre état réel à un moment précis.

 

3°        découvrir un nouveau « langage » et une voie d’introspection qui n’a pas besoin du langage ordinaire mais dans laquelle notre centre émotionnel a une part prépondérante.

Gurdjieff disait que beaucoup de connaissances étaient cachées dans ces mouvements et qu’il fallait apprendre à les découvrir.

 

.4°       la pratique d’exercices intérieurs. L’apprentissage du mouvement est une chose ; l’exécution est une autre chose. Mais sans un travail intérieur réel lors des mouvements, la pratique d’exercices intérieurs précis, le pratiquant n’atteint que partiellement le but pour lequel ils ont été créés.

Ce point est capital et trop souvent ignoré des instructeurs ; les mouvements sont alors compris et exécutés comme des mouvements de danse avec comme objectif de les exécuter au mieux pour l’esthétique, privant les participants de l’essence même des mouvements.

Il faut effectivement s’employer à leur exécution parfaite ; mais ce n’est pas là le but ultime des mouvements.

Le but est d’amener le participant lors de ces mouvements, par ces exercices intérieurs, par des exercices de comptes, de présence à soi même, par une rigueur sur tous les plans : de la pensée, de l’exécution, de l’attention, de l’effort, à un état d’harmonie de ses centres, de relaxation et d’attention consciente.

Alors, les impressions reçues feront découvrir au pratiquant un autre mode de transmission des connaissances, un autre langage au-delà des mots et surtout une autre relation à notre corps et à notre ETRE.

C’est ce que Gurdjieff a voulu nous transmettre par ces mouvements.

 

Renseignements complémentaires et inscription à l'un de nos séminaires

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Developpement et Spiritualite